Consistent - réseaux sociauxUne e-réputation sur la corde raide

Les jeunes sont-ils sensibles à leur e-réputation ? Pas vraiment, si l’on en croit une enquête récemment réalisée et d’après laquelle un jeune sur dix est déjà passé à côté d’une opportunité professionnelle à cause des réseaux sociaux.

En effet, d’après les résultats apportés par l’agence américaine On Device Research dans six pays (Royaume-Uni, États-Unis, Brésil, Chine, Inde et Nigéria), 9% des jeunes britanniques et 8% des américains sondés ont déjà vu un poste leur filer sous le nez à cause d’un contenu jugé douteux par le recruteur, sur Facebook ou encore Twitter.Les jeunes sont-ils sensibles à leur e-réputation ? Pas vraiment, si l’on en croit une enquête récemment réalisée et d’après laquelle un jeune sur dix est déjà passé à côté d’une opportunité professionnelle à cause des réseaux sociaux.

Le réseau social, nouveau curriculum vitae?

Cette tendance se confirmerait jusqu’à l’âge de 25 ans environ. Les recruteurs s’en lèchent les babines, et utilisent les réseaux sociaux comme un CV, fouillant les profils des candidats en toute impunité, désireux de savoir s’ils pourraient porter l’image de l’entreprise dans la vie de tous les jours.

Ces derniers ne s’en affolent pas pour autant et se baladent sur les réseaux sociaux sans se méfier de leur e-réputation, plus soucieux de l’image qu’ils véhiculent dans leur cercle d’ « amis » que sur le marché du travail.